Articles

Comprendre les antioxydants

Comme leur nom l’indique, les antioxydants retardent ou empêchent l’oxydation d’une substance.

Dans notre organisme, certaines molécules produisent des phénomènes d’oxydation : les radicaux libres.

Qu’est ce que les radicaux libres ?

Ce sont des molécules fabriquées par le corps à partir de l’oxygène lors du processus permettant de produire de l’énergie au niveau des mitochondries (lieu de production d’énergie cellulaire). Certains radicaux libres sont également fabriqués par notre système immunitaire pour nous protéger des agresseurs, par exemple les cellules phagocytaires (macrophages) peuvent synthétiser des radicaux libres qui serviront à détruire les bactéries ou éléments étrangers présents dans les tissus.

Cette production de radicaux libres est donc un mécanisme normal et utile du corps.

Tant que leur production n’est pas excessive, tout va bien. Et pour cela, le corps possède des agents neutralisants (enzymes) qui vont préserver l’équilibre production/élimination des radicaux libres.

Ces agents ont pour rôle d’éviter une accumulation… Car là où les radicaux libres peuvent être néfastes, c’est lorsqu’ils sont produits en excès ! Ils génèrent alors des « dommages oxydatifs » ou « stress oxydatif » qui viennent agresser les cellules de l’organisme, dénaturant les protéines, les lipides, les glucides, l’ADN. Cela entraîne des dysfonctionnements cellulaires. Cette agression de nos cellules est une des causes de plusieurs pathologies.

Les antioxydants permettent de neutraliser l’effet oxydatif des radicaux libres. Ils luttent ainsi contre le stress oxydatif chronique néfaste pour l’organisme, impliqué dans de nombreuses maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives.

Un déséquilibre entre la production et l’élimination des radicaux libres dans le corps peut être dû par exemple à une consommation accrue d’oxygène nécessaire lors d’un effort intense et répété, à une pathologie comme le diabète dont l’hyper-glycémie chronique entraîne des dommages oxydatifs, ou à un déficit nutritionnel en antioxydants déséquilibrant la balance production/neutralisation des radicaux libres.

Comment éviter l’accumulation de radicaux libres?

Si notre alimentation n’apporte pas suffisamment d antioxydants, le risque de dommages oxydatifs augmente. Le bon fonctionnement des systèmes de défenses internes du corps dépend de la présence de certains minéraux comme le Fer, le Zinc, le Sélénium, le Manganèse et le Cuivre.

Grâce à l’alimentation on peut compléter ce système de défense naturel en apportant d’avantage d’agents antioxydants. La vitamine E, la pro-vitamine A (ou bêta-carotène), la vitamine C et les polyphénols aident à neutraliser les radicaux libres.

Fer, Zinc, Sélénium, Cuivre, Manganèse ne sont pas des antioxydants en tant que tel mais permettent l’activité des enzymes antioxydantes produites par le corps qui sont les premières défenses de l’organisme.

Photo by rawpixel on Unsplash

Où trouver ces antioxydants dans l’alimentation ?

Vitamine E

(mg/100g)

Vitamine C

(mg / 100g)

Bêta-carotène

(µg/100g)

Zinc

(mg/100g)

Cuivre

(mg/100g)

– Huile de tournesol : 58 mg

– Graine de tournesol : 42 mg

– Amandes : 23 mg

– Huile d’olive : 20 mg

– Espadon : 7 mg

– Œufs : 2 mg

– Viande blanche en moyenne : 0,2 mg

– Pulpe de goyave : 228 mg

– Poivron cru : 120 mg

– Kiwi cru : 90 mg

– Fruits rouges crus : 77 mg

– Choux vert cru : 70 mg

– Orange : 60 mg

– Citron : 50 mg

– Patate douce cuite :

10500 µg

– Potiron cuit : 6020 µg

– Carottes cuites : 3340 µg

– Melon : 2020 µg

– Épinards cuits : 1610 µg

– Huîtres : 20 mg

– Germe de blé : 14 mg

– Crabe : 12 mg

– Bœuf cuit : 10 mg

– Graines de sésame : 10 mg

– Gruyère : 5 mg

– Foie de veau cuit : 20 mg

– Spiruline déshydratée : 6 mg

– Abats en moyenne : 5 mg

– Noix de cajou : 2 mg

– Noisette : 1,7 mg

– Œuf : 0,1 mg

Pour ce qui est des polyphénols, on en trouve différents types dont les flavonoïdes :

– Les quercétine : câpres, oignons, pommes, brocolis, thé noir, cerises

– Les catéchines : thé, chocolat, peau du raisin

Les anthocyanines : choux rouge, aubergine, myrtille, cranberries, raisin

Sources :

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/3820/MS_1988_5_304.pdf?sequence=1t

http://www.sante-et-nutrition.com/antioxydant-sport/

https://www.ar-l.ch/Docs/mercan.pdf

http://www.sante-et-nutrition.com/alimentation-inflammation/

htps://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-stress-oxydatif-15156/

3 réflexions au sujet de “Comprendre les antioxydants”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *